21 Sept. 2018
28 Jan. 2019

CARAVAGE À ROME, AMIS & ENNEMIS

MUSÉE JACQUEMART-ANDRÉ - PARIS

UNE EXPOSITION ÉVÉNEMENT

L'exposition présente des œuvres provenant des plus grands musées italiens, tels que la Galleria Nazionale d’Arte Antica di Roma - Palazzo Barberini, la Galleria Borghese et les Musei Capitolini de Rome, ainsi que de la Pinacoteca di Brera de Milan, les Musei di Strada Nuova de Gênes, le Museo Civico Ala Ponzone de Crémone, sans oublier le prestigieux prêt du Joueur de Luth (1595-1596) du Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.


Sur les dix originaux de Caravage réunis, sept n'ont jamais été exposés en France auparavant. Seuls Le Souper à Emmaüs (1605-1606) de Milan, le Ecce Homo de Gênes et le Saint François en méditation (vers 1606) de Crémone ont été présentés en France. Pour la première fois dans une exposition, les deux versions de la Madeleine pénitente de collection particulière, très rarement montrées au public, et peintes pendant la fuite de Caravage, sont toutes deux mises en regard au musée Jacquemart-André.


UN ARTISTE HORS DU COMMUN AU CŒUR DE LA SCÈNE
ARTISTIQUE ROMAINE

Né en 1571, Michelangelo Merisi, dit Caravage, va révolutionner la peinture italienne du XVIIe siècle par son usage novateur du clair-obscur. L’exposition est consacrée à la carrière romaine de Caravage et au milieu artistique dans lequel il a évolué : comme les études les plus récentes l’ont montré, le peintre entretenait des relations étroites avec les cercles intellectuels romains de l’époque. L’exposition s’intéresse ainsi aux rapports de Caravage avec les collectionneurs et les artistes, mais aussi avec les poètes et les érudits de son temps. Il s’agit tout d’abord d’évoquer la vie à Rome au début du XVIIe siècle en montrant l’activité des grands ateliers dans lesquels Caravage fait ses premières armes.

C’est aussi durant cette période qu’il fait des rencontres déterminantes pour sa carrière, celles du marquis Giustiniani (1564–1637) et du cardinal Francesco Maria Del Monte (1549–1627) qui deviennent deux de ses mécènes et lui adressent de nombreuses commandes. Outre les amis et les soutiens de Caravage, l’exposition s’attachera à présenter ses ennemis et rivaux. Caravage, qui ne voulait pas être imité et qui le fut pourtant malgré lui, s’est souvent opposé à ses contemporains, à l’occasion de discussions, de procès et même de rixes. Sa carrière romaine s’achève en 1606, quand, au cours d’un duel, Caravage tue Ranuccio Tomassoni. Condamné à mort suite à cette rixe fatale, Caravage est contraint à l’exil mais ses plus fidèles protecteurs continuent à s’intéresser de son destin.

Bartolomeo Manfredi, Saint Jean-Bap ste tenant un mouton, 1613-1615
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Madeleine en extase dite « Madeleine Klain », 1606 (?)
Giovanni Baglione, Autoportrait de Giovanni Baglione, 1619 (?),
opiste anonyme d'après O avio Leoni, Portrait de Caravage, après 1620
Pensionante del Saraceni, Le reniement de Saint Pierre, 1610-1620
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Saint François en médita on, vers 1606
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Saint Jérôme écrivant, vers 1605
Orazio Gen leschi, Saint Jérôme, vers 1611
An veduto Grama ca, Sainte Cécile et deux anges musiciens, vers 1615
 Michelangelo Merisi, dit Caravage, Madeleine en extase, 1606 (?)
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Le Jeune Saint Jean-Bap ste au bélier, 1602
Michelangelo Merisi, dit Caravage (1571 – 1610), Judith décapitant Holopherne, vers 1598,
Giovanni Baglione, L'Amour sacré terrassant l'Amour profane, 1614-120
Orazio Borgianni, David et Goliath, vers 1609-1610,
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Ecce Homo, 1605 (?)
Michelangelo Merisi, dit Caravage, Le Joueur de luth, 1595-1596
Annibal Carrache, L’Adora on des Bergers, 1597-1598
Bartolomeo Cavarozzi, La Douleur d'Aminte, vers 1605-1610
Giovanni Baglione, La Résurrec on du Christ, 1601-1603
 Michelangelo Merisi, dit Caravage (1571 – 1610), Le Souper à Emmaüs, 1605-1606,
1/3

DOCUMENTATIONS
Informations pratiques
MUSÉE JACQUEMART-ANDRÉ 
158 bd. Haussmann - 75 008 Paris 
Tél. : 01 45 62 11 59
Tous les jours, de 10h à 18h
www.musee-jacquemart-andre.com
DIRECTION
Commissariat de l'exposition: 

Francesca Cappelletti
Professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Ferrare, elle
fait également partie du comité scientifique de l’Institut d’études de la Renaissance.

Pierre Curie
Conservateur en chef du patrimoine et du Musée Jacquemart-André. Spécialiste de peinture italienne et espagnole du XVIIe siècle.
CONTACT

CLAUDINE COLIN COMMUNICATION
3 rue de Turbigo 75001 Paris
T. +33 1 42 72 60 01