01 Déc. 2018
20 Mai 2019

LES MATIERES DU TEMPS

Louvre-Lens

À travers les vestiges et objets du passé qui leur sont parvenus, les archéologues remontent le temps en utilisant la matière comme indice des avancées technologiques et des choix culturels de l’Homme, depuis la Préhistoire. L’étude des matériaux et du développement des techniques de création est donc une science cruciale pour la compréhension des jalons de l’histoire de l’Humanité.

Dès les débuts de l’archéologie, la région Hauts-de-France, pionnière de la discipline, a apporté son lot de découvertes remarquables. L’exposition rassemble un fl orilège de ce patrimoine archéologique régional, depuis l’Âge de pierre jusqu’à la période contemporaine, marquée par l’archéologie des confl its. Elle présente ainsi des objets aussi rares qu’une hache néolithique encore emmanchée, une parure celte de harnachement en bronze émaillé ou encore le coeur d’Anne de Lens, reliquaire en plomb du 16e siècle.

Partie 1 : Matières dévoilées, la Préhistoire

Période communément appelée « âge de la Pierre », la Préhistoire a en eš et laissé peu de vestiges, si ce ne sont les outils et éclats de fabrication majoritairement en silex. Ces éléments témoignent déjà de l’adaptation de l’Homme à son milieu, du développement de techniques de taille diverses, d’activités artisanales variées et d’échanges sur de longues distances. Parfois, une découverte archéologique nous donne un aperçu plus complet des compétences techniques et artistiques des populations préhistoriques comme le démontrent les découvertes de la Vénus de Renancourt ou de l’équipement en bois de Bouchain. 

Partie 2 : Matières expérimentées, la Protohistoire

À la Protohistoire, l’Humanité entre dans « l’Age des Métaux ». Ces derniers deviennent même signifi ant pour les premiers spécialistes de cette époque et désignent les diš érentes périodes qui la composent : Age du Cuivre ou Chalcolithique, Age du Bronze, Age du Fer… Au-delà du refl et d’une grande maîtrise technique et d’une grande créativité, les productions protohistoriques révèlent l’importante circulation des biens matériels et les infl uences culturelles à l’échelle de l’Europe. 

Partie 3 : Matières sublimées, l’Antiquité

Durant l’Antiquité, le Nord de la Gaule devient un carrefour au sein de l’Empire romain pour les marchandises, les idées et les savoir-faire entre diš érentes traditions (méditerranéenne, celtique, autochtones...). La multiplication des routes, des monuments publics et la diš usion de l’architecture en pierre transforment le paysage, l’organisation des territoires. Ils constituent autant de vestiges qui permettent aux archéologues de restituer la vie quotidienne, les croyances et les enjeux de pouvoirs, qu’il est parfois di´ cile de percevoir dans les sources textuelles. 

Partie 4 : Matières exaltées, le Moyen Âge

Le Moyen Âge est souvent considéré, à tort, comme une période de recul démographique et culturel après l’âge d’or antique. Les historiens et les archéologues ont démontré qu’il n’en est rien. La vie intellectuelle, spirituelle, la circulation des idées, des matériaux et des artisans sont particulièrement importantes. Le travail des matériaux au Moyen Âge et à l’Époque moderne atteint des sommets techniques et artistiques. Ses plus beaux résultats sont consacrés à l’eš ervescence religieuse. Les découvertes archéologiques apportent néanmoins un point de vue complémentaire sur les productions médiévales à l’appui des sources écrites. 

Partie 5 : « Plus récent que l‘ancien », matières d’hier, matières de demain

Où s’arrête le champ de l’archéologie ? Qu’est ce qui constitue notre patrimoine commun, témoignant de la vie des Hommes et de leur Histoire ? Le champ chronologique de l’archéologie s’est ouvert aux périodes modernes et contemporaines avec les fouilles du Grand Louvre (dir. P.J. Trombetta) et le développement de « l’archéologie des confl its ». Il pousse également à s’interroger sur les traces matérielles et l’héritage que nous laisserons aux générations futures. L’archéologie a encore de la matière.

Informations pratiques
LOUVRE-LENS
99, rue Paul Bert - 62300 Lens
www.louvrelens.fr
DIRECTION
Commissariat : Marion Audoly, DRAC Occitanie, et Adrien Bossard, musée départemental des arts asiatiques de Nice.
CONTACT
Alexis Gregorat / 
alexis@claudinecolin.com

CLAUDINE COLIN COMMUNICATION
3 rue de Turbigo 75001 Paris
T. +33 1 42 72 60 01