14 Déc. 2012
18 Mars 2013

L'ART AU CREUX DE LA MAIN : LA MEDAILLE EN FRANCE AUX XIXE ET XXE SIECLES

MUSEE DES ARTS DECORATIFS DE BORDEAUX

La Monnaie de Paris est riche d’un patrimoine de plus 64 000 médailles. Elle conserve notamment l’une des plus importantes collections françaises de médailles des XIXe et XXe siècles, et depuis toujours les outillages de fabrication, véritables archives métalliques.

Cette exposition s’intègre dans un projet d’envergure nationale autour de la médaille associant la Monnaie de Paris, le Musée d'Orsay, le Petit Palais, le cabinet des Médailles de Paris (Bibliothèque Nationale de France), les Musées des Beaux Arts de Lille et de Lyon. À cette occasion, chaque établissement présentera en ses murs une exposition autour de ses collections.

Une scénographe signée Christian Lacroix

Les 200 médailles exposées au Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux seront mises en valeur par une scénographie originale de Christian Lacroix, Conseiller artistique de la Monnaie de Paris. Il a crée pour cette occasion tout un univers dans les salons du rez-de-chaussée et du premier étage du musée, magnifique hôtel particulier du XVIIIe siècle. Christian Lacroix a imaginé un nouvel écrin pour l’exposition : vitrines, tapis, éclairage, décoration... Christian Lacroix, qui a dessiné la Médaille du Mariage et les Monnaies de collection des Rois de France, a également conçu la médaille de l’exposition.

Faire la lumière sur une période méconnue de la création des médailles

L’exposition présentera le passage de l’Académisme à l’Art nouveau dans le monde des médailles et l’arrivée de nouveaux thèmes (vie familiale, vie ouvrière, ère industrielle) dans les productions de la Monnaie de Paris encouragées par la Société de la Médaille Française. Avec le renouveau de courants artistiques, les médailleurs s’associent à des artistes d’autres horizons (céramique, poterie, sculpture sur pierres...). Les médailles seront présentées selon deux angles : d’une part, le rôle de la Monnaie de Paris dans la promotion de la médaille, et d’autre part l’influence de la Société de la Médaille Française.

La Monnaie de Paris et la promotion de la médaille aux XIXe et XXe siècles

La Monnaie de Paris a été le principal fabricant et éditeur de médailles au XIXème siècle, pour l’Etat et les clients particuliers. Du fait d’un quas-imonopole de production jusqu’au début des années 1880, la Monnaie de Paris resta longtemps l’acteur prépondérant en matière de création médaillistique. Cette position lui permit de recruter les meilleurs artistes: du Grands Prix de Rome issus de la Villa Médicis tels qu’Oscar Roty, Jules Clément Chaplain, Georges Dupré ou Frédéric de Vernon qui contribuèrent à lui attirer des commandes. Dès lors la Monnaie de Paris a su susciter des vocations de collectionneurs. Elle a participé à cet effet aux initiatives de promotion de l’art de la médaille.

Lumière sur la Société des Amis de la Médaille Française

L’exposition révèlera également le rôle de la « Société des Amis de la Médailles », partenaire à l’époque de la Monnaie de Paris, qui illustre cette politique de promotion de la médaille. Cette société d'encouragement à l'art de la médaille passait commande à de jeunes artistes chaque année entre 1899 et 1920. Souhaitant encourager les artistes de toutes disciplines, pas seulement les graveurs, la Société a fait appel par exemple à François - Rupert Carabin, sculpteur et décorateur. A cette époque, la médaille connaît un nouveau souffle, même si parfois son esthétique relève de la tradition classique. La période d’activité de la Société des Amis de la Médaille Française (SAMF) correspond à un premier âge d’or pour la Monnaie de Paris et pour l’édition et la fabrication de médailles. Les thèmes de ces médailles sont intimistes pour certains (maternité, l’enfance, le bain) ou bien rappellent le monde du travail (les forgerons, les mineurs, le rêve du travailleur, la moisson). D'autres évoquent la musique, la danse ou les allégories du printemps, de l'été ou encore des personnages mythologiques et historiques tels que Junon et Psyché, faune et faunesse, Cléopâtre et Hélène de Troie.

Cette exposition, organisée par la Monnaie de Paris au musée des Arts Décoratifs de Bordeaux du 14 décembre 2012 au 18 mars 2013, est présentée dans le cadre de la manifestation nationale à l’initiative du Musée d’Orsay regroupant la Monnaie de Paris, le musée des Beaux-arts de la ville de Paris / Petit Palais, le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France, les musées des Beaux-arts de Lille et Lyon.

Elle est réalisée en partenariat avec France Bleu Gironde et FIP. Elle bénéficie du concours du Grand Hôtel de Bordeaux.

Emmanuel FREMIET Cléopâtre , 1902
Henri DROPSY, Eve et le serpent 1920
Pierre TURIN, Baigneuse, 1938
Frédéric Charles Victor de VERNON, Premier Baiser, non daté
Alexandre CHARPENTIER, Société des Amis du livre, 1898
George-Henri PRUD’HOMME, Mère et enfant, 1938
Lucien COUDRAY, Orphée, 1899
Alexandre CHARPENTIER Société des Amis de la Médaille Française, 1902
DOCUMENTATIONS
Informations pratiques

Musée des Arts Décoratifs

39, rue Bouffard

33000 Bordeaux

 

Ouvert tous les jours de 14h00 à 18h00, sauf mardi et jours fériés.

Entrée: 2,50 euros

CONTACT

Mathilde Beaujard / mathilde@claudinecolin.com

Victoire Birembaux / victoire@claudinecolin.com


CLAUDINE COLIN COMMUNICATION
3 rue de Turbigo 75001 Paris
T. +33 1 42 72 60 01